5 raisons de visiter la Laponie finlandaise

Salut les globe-trotteurs!

Je n’ai pas été très présente ces temps-ci car j’ai la chance de revenir de Laponie! Cette région transfrontalière s’étend sur quatre pays: la Norvège, la Suède, la Finlande et un petit bout de la Russie. Mon séjour s’est effectué en Finlande, plus précisément à Äkäslompolo, près de la plus grosse station de ski du pays, le Mont Ylläs. J’ai découvert, là-bas, une culture méconnue mais pourtant très riche, celle du peuple Saame. J’ai voulu détailler, dans cet article, les 5 principales raisons qui m’ont fait aimer cette région et voyager dans un autre monde! Je vous livrerai tantôt des explications, tantôt des récits retranscrits de mon journal de bord. Bonne lecture!

1/ La culture et les paysages

dsc_0656

La Laponie finlandaise se situe principalement de l’autre côté du cercle polaire arctique. L’hiver y dure 6 mois par an et les températures peuvent atteindre les -40°C! C’est donc un paysage hivernal paradisiaque que nous offre cette région où le soleil ne se lève presque pas. Sapins enneigés à perte de vue, lacs gelés et petites cabanes en bois, la réputation de la Laponie d’être le « pays du Père Noël » se justifie complètement par ce décor digne d’un reportage de National Geographic! De fin novembre à mi-janvier, c’est la nuit polaire, ou « Kaamos ». Le soleil ne dépasse pas la ligne d’horizon: seulement quelques lueurs apparaissent et éclairent les forêts d’une lumière rouge-orangée. Si vous préférez avoir quelques heures de jour tout de même, choisissez plutôt le mois de février. En été, c’est l’inverse, le soleil ne descend pas en dessous de l’horizon et il fait jour 24h/24. C’est ce que l’on appelle le soleil de minuit.

dsc_0508dsc_0573dsc_0706dsc_0814dsc_0845dsc_0968

On ne connait que trop peu la culture saame. Surtout ne les appelez pas les lapons car cela signifie « vêtu de guenilles » et ce serait considéré comme une insulte! Dernier peuple autochtone d’Europe, ils ont été chassés de l’intérieur des terres au début du XXème siècle et repoussés vers les frontières nord des quatre pays. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles les Saames sont très pudiques quant à la transmission de leur culture. Longtemps incompris et moqués par les habitants de leur propre pays, ils sont aujourd’hui plus réticents à la partager.

dsc_0988dsc_1005dsc_1007dsc_1098dsc_07392wp_20170211_007

Une des activités principale des samis est l’élevage de rennes. Ce sont des animaux semi-sauvages: ils vivent en liberté mais tous les rennes de Laponie appartiennent à un propriétaire. On dit que tout est bon dans le renne: vivant, il servira, par exemple, pour le transport. Une fois abattu, on utilisera le renne en entier: sa viande, sa fourrure, ses os ou encore ses bois. Pour eux, c’est une façon de rendre hommage à l’animal, qui se sera « sacrifié » pour permettre à l’homme de survivre.

dsc_0597
Les nutukkaat: chaussures traditionnelles saames fabriquées en peau de renne
dsc_0653
Les rennes sont également utilisés dans le tourisme, pour les balades en traîneau par exemple

dsc_0751

2/ Les activités

Au delà des randonnées que nous offrent ses plaines enneigées et ses petites montagnes, la Laponie regorge d’activités extraordinaires. Et il y en a pour absolument tous les goûts!

Se promener

Pour les amateurs de balades sportives, vous aurez l’embarras du choix: raquettes, vélo sur neige (!) ou encore ski de fond. Ce dernier est un peu l’équivalent, pour les finlandais, de notre jogging, et il n’est pas rare de croiser des gens de tout âge en train de faire leur petite séance quotidienne.

Notre hôtel était au bord d’un lac gelé, le terrain de jeux idéal pour s’essayer à tous ces sports! J’ai d’ailleurs voulu m’essayer au ski de fond, pensant que ce serait facile pour moi, amatrice de ski alpin, mais ce fut un échec cuisant. Ayant eu la brillante idée de vouloir partir seule, et après avoir passé au moins 5 minutes à comprendre comment chausser les skis, j’ai battu le record de la gamelle la plus rapide: il ne m’a fallu que 2 mètres pour finir par terre! Bon, j’aurais tenté.

dsc_1013
Les pistes de ski de fond sur le lac gelé d’Äkäslompolo

En Finlande, il existe un concept juridique qui permet à tout le monde de se déplacer librement dans tous les espaces naturels du pays. Cela offre encore plus de possibilités pour se promener: aucune barrière, ici on sillonne entre les maisons et les sapins et personne ne viendra vous disputer parce que vous êtes sur une propriété privée. Je trouve que cela permet de se rapprocher de la nature et apporte un sentiment de sécurité.

Traîneau à chiens

Envie d’être en pleine nature, au milieu de nulle part et entouré d’une forêt de sapins blancs? 

La balade en traîneau à chiens a vraiment quelque chose de magique. Pendant 30 à 45 minutes on est transporté dans un univers féerique où la neige est tantôt pailletée, tantôt crémeuse et où la sérénité règne. Les chiens sont tellement heureux et impatients de courir qu’ils hurlent à la mort à la moindre pause. Que vous soyez passager ou conducteur, c’est une véritable immersion dans la culture saame car, bien que de plus en plus remplacés par les motoneiges, il s’agit encore d’un moyen de transport traditionnel utilisé par certains habitants.

Il existe de nombreux endroits en Laponie où l’on peut pratiquer cette activité. Nous sommes allés à la ferme de Rami’s Huskies. Tous leurs chiens sont nés à cet endroit. On y retrouve les huskies sibériens (les pures races) ainsi que des huskies d’Alaska (races croisées).

dsc_0871dsc_0897dsc_0937dsc_07012

Traîneau à rennes

Dans le même genre, mais moins typique et plus touristique, les promenades en traîneau à rennes sont une belle façon de découvrir cet animal que l’on ne trouve pas en France.

dsc_0614dsc_1111img-20170212-wa0001

Motoneige

Si vous aimez les sensations fortes, ne passez pas à côté du safari en motoneige. Activité incontournable en Laponie et véritable moyen de transport pour les locaux, elle permet de se rendre dans des lieux peu accessibles au milieu de la nature.

Personnellement, je ne suis pas une grande fan de cette activité pour diverses raisons mais notamment parce que, la dernière fois que j’en ai fait, il faisait -26°C et que j’ai failli perdre mes doigts et mes orteils! Du coup, je n’ai pas vraiment profité du paysage tellement j’avais froid. D’autre part, c’est une machine assez polluante qui dégage une odeur d’essence que je n’ai pas forcément envie de sentir quand je suis dans un si beau paysage.

Mais je comprend tout à fait qu’on apprécie et je trouve que cela vaut quand même la peine d’essayer, autant en passager qu’en conducteur!

dsc_1070

Ski alpin

Si la Finlande est un pays plutôt plat, on y trouve quelques petites montagnes sur lesquelles sont installées des stations de ski. Rien à voir avec nos Alpes bien sûr, mais elles ont au moins le mérite d’exister! Les plus grosses stations sont celles des Monts Ylläs et Levi avec respectivement 63 et 43 pistes. Le matériel n’est pas très cher à la location et le forfait est d’une quarantaine d’euros pour la journée.

dsc_1068
La station du Mont Ylläs
L’hôtel de glace

Snow Village est un hôtel entièrement construit en glace. Il contient des chambres standard et des suites, un bar, un restaurant et même une chapelle où sont célébrés des mariages. Chaque suite est sculptée et décorée de différents motifs. Une partie de l’hôtel « en dur » comprend les sanitaires ainsi que des pièces pour laisser les affaires. Les clients restant la semaine entière disposent, s’ils le souhaitent, d’un lodge en bois, plus confortable et chauffée, à l’extérieur de l’hôtel. Comptez 240 € pour une chambre standard et 310 € pour une suite!

Chaque année, au mois de novembre, la petite équipe de 30 personnes arrivent pour construire l’hôtel, et au mois d’avril, à la fin de la saison, ils le détruisent car il ne tiendrait de toute façon pas en été. Cela leur permet donc, chaque année, de construire un hôtel différent et de changer la décoration des chambres! Si cette visite n’a rien de traditionnelle, elle vaut tout de même le coup d’œil.

dsc_1127dsc_1134dsc_1141dsc_1150dsc_1196activites

3/ Les aurores boréales

C’est la raison n°1 pour laquelle je rêvais d’aller en Laponie! Avant de partir, je me suis renseignée sur les techniques pour les photographier: j’avais déjà le reflex, il me fallait un trépied! Notre guide nous a expliqué que les aurores boréales, résultent d’une éruption solaire, qui a lieu environ une fois par mois, et que les particules entrant en contact avec l’atmosphère provoquent ces lumières vertes. Malheureusement, la dernière éruption avait eu lieu la semaine juste avant notre venue offrant aux visiteurs les plus belles aurores du mois. D’autre part, le ciel était assez nuageux lors de notre séjour mais nous avons tout de même eu deux jours de très beau temps!

« Comme je vous l’ai dit, notre hôtel se situait au bord d’un lac gelé, l’endroit idéal pour les observer, afin d’être loin de toute « pollution » lumineuse. Je crois que j’ai dû m’y rendre presque tous les soirs, attendant jusqu’à minuit que ces formes mystiques apparaissent, sans sentir le froid tant l’excitation était grande.

Deux soirs de suite j’ai pu en apercevoir. La première fois, c’était juste une lumière blanche, montant très haut dans le ciel, qui paraissait être des phares de voiture. Elle n’a duré que quelques secondes. Je savais que c’en était une mais ça ne ressemblait pas à ce que j’avais vu en photos.

Le lendemain, le ciel était bien dégagé et la lune, presque pleine, éclairait tout le lac. En attendant la première aurore, nous sommes allés à la kota (sorte de tipi) près du lac et avons allumé un feu. On essayait de se réchauffer comme on pouvait, à coup de gorgées de rhum et de marshmallow grillés lorsqu’une petite fille sortie de nulle part est venue nous prévenir d’une première apparition: un rideau vert, comme une pluie de poussière de fée. Je suis tout de suite partie en direction du lac pour essayer de la photographier, mais le temps d’installer mon attirail, elle était partie.

dsc_10312dsc_10322

J’ai attendu un peu, les quelques personnes autour riaient de me voir galérer avec mon trépied et déclencher le flash par inadvertance. Mais quelques minutes plus tard, tout le monde était parti. J’ai attendu encore, en prenant des photos du paysage magnifique toujours éclairé par la lune argentée: la nuit étoilée, les paillettes sur la neige, le petit village au loin. Puis finalement, elle est apparue de nouveau: une aurore timide, presque imperceptible à l’œil nu mais, heureusement mise en valeur par mon appareil photo.

dsc_1049dsc_1050

dsc_10452

Ravie d’avoir réussi à « capturer l’instant », je décide de rentrer à la kota. J’étais en train de montrer mes photos avec fierté, quand tout à coup, une troisième aurore, plus intense et plus belle que toutes les autres auparavant s’est dessinée dans le ciel.

dsc_1063dsc_1064

J’étais doublement contente ce soir là: d’avoir pu observer une vraie belle aurore boréale pour la première fois de ma vie et d’avoir réussi à régler et utiliser mon appareil pour réaliser photos de nuit! »

4/ Les saunas

Inutile de vous rappeler que le sauna est à la Scandinavie ce que l’apéro est à la France, une institution, un mode de vie qu’il convient de pratiquer plusieurs fois par semaine! Il faut savoir que l’on recense 3 millions de sauna en Finlande pour une population de 5,5 millions d’habitants. Chaque foyer possède le sien, le plus souvent dans la salle de bain, j’en avais d’ailleurs un dans ma chambre d’hôtel. On pourrait croire que c’est un luxe, mais cela fait partie des habitudes locales. En Laponie, la plupart des gens ont une maison et c’est donc très souvent que l’on voit un petit sauna extérieur: plus rapide pour aller se rouler dans la neige!

dsc_0986img_20170205_132846_039

Car, oui, c’est une pratique tout à fait courante que de se prendre une bonne dose de froid après avoir eu si chaud. Je vais d’ailleurs vous raconter une des expériences les plus marquantes de mon voyage, le sauna arctique!

« Nous nous rendons dans une petite maison au bord du lac gelé d’Äkäslompolo. Un trou creusé dans la glace laisse apparaître une marre d’eau. À l’intérieur de la cabane se trouve une antichambre dans laquelle un feu de cheminée avait été allumé. Dans la pièce d’à côté, le sauna, chauffé au feu de bois et alimenté par l’eau du lac, approche déjà les 80°C. Une odeur agréable et rassurante de fumée embaume l’espace. C’est si bon de se réchauffer après avoir passé la journée dehors. Il ne me faut pas plus de 10 minutes pour commencer à transpirer et bientôt je sais que je vais devoir me lancer. Le trou dans la glace n’est pas là par hasard: c’est la tradition finlandaise. Après un sauna brûlant, la coutume veut que l’on aille se plonger dans l’eau glacée, ou dans la neige pour améliorer la circulation du sang.

img_20170206_184649_193dsc_0659

Ça y est, je suis en nage, il est temps de sortir. Dehors il fait -10°C mais je n’ai pas froid, je suis bien. Je pose un pied sur la glace puis avance prudemment sur le ponton menant à l’échelle qui permet de descendre dans l’eau. Le contact de ma peau nue sur le sol est déjà difficile à supporter: ça brûle au début, puis c’est une douleur indescriptible, comme si la glace entrait dans mes pieds et pénétrait l’intérieur de mes os. Je commence à descendre l’échelle ; le froid de l’eau ne m’empêche pas de rentrer dedans mais je sens mon cœur accélérer. Mon cerveau est en alerte et me lance des signaux de danger. Je réussis tout de même à me plonger jusqu’au cou, mais bientôt je sens des aiguilles qui me transpercent. À la sortie, je n’ai pas froid mais j’ai du mal à respirer. J’ai surtout très mal au pied et ne pense qu’à retourner dans le sauna.

J’y reste une dizaine de minutes, puis décide de retenter l’expérience mais cette fois en sautant dans la neige. C’est en fait beaucoup plus facile, je ne ressens presque pas le froid (le maillot une pièce aidant). Finalement, j’alterne entre eau glacée et neige, plusieurs fois. C’est de retour pour la dernière fois dans le sauna que commence à éprouver quelques brûlures mais surtout une sensation de bien-être et de rajeunissement (juste une sensation malheureusement!). Après s’être rhabillés, nous sommes invités à déguster du renne séché et du thon mariné autour d’un petit apéritif. »

Ce fut une expérience incroyable, à la fois douloureuse et relaxante mais en tout cas on ne peut plus typique.

5/ La gastronomie

Avant de partir, on m’avait prévenu de ne pas m’attendre à bien manger en Finlande mais finalement, j’ai été extrêmement surprise de découvrir une cuisine saine et raffinée. En Laponie particulièrement, les saames utilisent des produits locaux. Étant, à l’origine, un peuple nomade, beaucoup de leurs préparations traditionnelles étaient fumées, séchées ou salées dans un souci de conservation. Ces goûts se retrouvent encore dans la gastronomie actuelle. 

dsc_0077_2
Poissons et viandes marinés, séchés ou en saumure sont des mets typique de la Finlande

On a l’impression que chaque poisson, chaque baie, chaque renne, ont été péché, cueilli et chassé de manière traditionnelle. Ici on ne mange que ce que l’on trouve dans la nature c’est là que l’on se rend compte qu’elle est d’une richesse incroyable. Ce peuple, qui devait avant tout trouver à manger pour survivre, a su faire preuve d’imagination pour créer une diversité de saveurs dans leurs plats.

La seule viande produite en Laponie est le renne. Steak, saucisson, ragoût, on en trouve presque à chaque repas. En revanche, il y a une variété de poissons beaucoup plus importante, grâce aux nombreux lacs et à la mer (au sud), comme le saumon, l’omble chevalier, le lavaret ou la truite arc-en-ciel. Les baies, (airelles ou cloudberries, des sortes de mûres blanches) sont également très utilisées pour accompagner plats et desserts.

Une des spécialités locales est le ragoût de renne, purée de pommes de terre et confit d’airelles. Les finlandais sont des grands consommateurs de soupe. Ma préférée? La soupe de saumon: un bouillon de légumes crémé dans lequel a cuit le poisson. Au petit déjeuner, il faut avoir l’estomac bien accroché: porridge aux différentes céréales accompagné de baies, roll mops, poissons fumés, tarte carélienne (tarte de seigle garnie de riz)  ou encore boudin de sang de renne (délicieux!). Là-bas, c’est le repas le plus consistant car il apporte toutes l’énergie nécessaire pour affronter les froides journées. Côté sucré, les brioches « pulla » à la cardamome ont été ma plus belle découverte!

Au niveau des alcools, les finlandais ne sont pas en reste! Le pays est non seulement producteur de vodka mais on trouve également beaucoup de bières et de microbrasseries locales. Le Terva Snapsi, un digestif fabriqué à partir de résine de pin, vient directement de Laponie.

img_20170210_162248_589
Tarte corélienne (en h. à g.), boudin de sang de renne (à d.), poissons marinés (en bas) et porridge d’orge (au centre) composent le petit déjeuner finlandais
dsc_0098_2
Lasagnes de renne, un délice!
dsc_0602
Soupe de renne et légumes, toujours accompagnée d’une tranche de pain beurré

Pour résumer, la cuisine finlandaise est proche de la nature tout en étant inventive et mériterai vraiment d’être connue d’avantage.

Pour patienter ou prolonger le voyage…

Si vous ne pouvez pas partir tout de suite ou si la Laponie vous manque déjà, voici quelques adresses qui vous permettront de (re)découvrir la culture scandinave.

Une piscine piscine nordique à Paris: rien à voir avec le sauna arctique mais la piscine de la Butte aux Cailles a installé un bain extérieur chauffé à 28°C. Et c’est encore plus agréable quand il fait froid dehors! En plus, le mardi c’est nocturne jusqu’à 22h. De quoi s’imaginer dans la nuit polaire du grand nord! Piscine de la Butte aux Cailles, 5 place Paul Verlaine 75013 Paris, 01.45.89.60.05.

Dormir dans un petit chalet typiquement finlandais: pour les 100 ans de l’indépendance du pays, l’Institut finlandais a mis en place des petites cabanes éphémères joliment décorées façon 100% scandinave dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Au réveil, un petit déjeuner nordique vous attend. Attention, c’est jusqu’au 6 mai seulement! De 90 à 320€ la nuit, réservation sur le site Airbnb.

Découvrir la gastronomie scandinave à Paris…: Chez Flora Danica, LA référence en la matière: de la cuisine danoise version brasserie chic!

…Et la découvrir aussi à Lille: Lakson est un restaurant-traiteur norvégien situé dans le Vieux-Lille. L’occasion de goûter certains produits rares, comme le saucisson de renne fumé par exemple!

J’espère que je vous aurais donné envie de connaitre ce beau pays qu’est la Finlande, et plus particulièrement le peuple Saame et la Laponie. J’ai découvert des paysages merveilleux, une cuisine délicieuse. J’ai également ressenti beaucoup de sérénité durant mon séjour: loin des futilités que l’on croit importantes en vivant en ville, ce fut pour moi un véritable retour aux sources et aux besoins primaires.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires sur « 5 raisons de visiter la Laponie finlandaise »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s